Traitement d’eau pour les systèmes de chaudières à vapeur

Un programme de traitement adapté aux besoins spécifiques de vos équipements.

Les réseaux de production de vapeur requièrent une excellente qualité d’eau pour offrir une performance de haut niveau. La corrosion, la formation de dépôts et l’entraînement d’eau dans la vapeur sont autant de problèmes typiques liés à une faible gestion des caractéristiques de l’eau qui provoquent une usure prématurée, une perte d’efficacité et une opération erratique des équipements.

Nous mettons à contribution nos connaissances multidisciplinaires dans le domaine de la chimie et de la mécanique pour concevoir les programmes de traitement les plus appropriés. L’utilisation judicieuse des principes physiques et des technologies chimiques de pointe est à la base des solutions proposées pour vous assurer les meilleurs résultats.

Corrosion

La corrosion dans un réseau de vapeur peut être catastrophique pour la durabilité des équipements. La perte de métal est souvent localisée et peut causer la perforation des tubes et autres surfaces d’échange de chaleur, ou encore résulter en des fuites sur la tuyauterie de condensat. L’usure prématurée provient généralement de la présence de gaz corrosifs dissous dans l’eau, soit l’oxygène et le dioxyde de carbone.

 

L’oxygène est responsable d’une corrosion localisée se produisant le plus souvent dans la section interne des chaudières à vapeur et dans le réseau d’alimentation. Cette corrosion est caractérisée par la présence de tubercules et d’une perte de métal sous forme de piqûres larges et profondes sous ces capsules de dépôt.

 

Quant au dioxyde de carbone, il est responsable de l’acidité du condensat, une condition qui provoque la dissolution et la perte du métal. Le phénomène se caractérise par des amincissements apparents dans la section immergée de la tuyauterie.

La formation de dépôts sur les surfaces internes des chaudières à vapeur provoque rapidement une résistance au transfert de chaleur, ce qui se traduit par une réduction de puissance et une perte d’énergie. L’accumulation d’écailles et de boue, sur et dans les tubes des chaudières, entraîne également la surchauffe du métal et un risque d’éclatement lorsqu’il y a restriction à la circulation de l’eau.

 

L’entartrage, causé par l’effet de la chaleur sur les sels de dureté de l’eau, représente le principal phénomène menant à la formation de dépôts dans une chaudière à vapeur. Ce dépôt calcaire se développe habituellement en couches denses et uniformes sur les surfaces de chauffe.

 

Les accumulations de boues peuvent également se produire à l’intérieur des chaudières à vapeur et sont typiquement associées à divers éléments tels que des contaminants du condensat, les résidus de corrosion, les sous-produits de traitement ou l’effritement de dépôts calcaires.

Dépôts

Entraînement d’eau

La qualité et la pureté de la vapeur sont influencées par les phénomènes d’entraînement d’eau à la sortie des chaudières à vapeur. Ce problème se manifeste par une concentration excessive de solides dissous dans le condensat, mais peut aussi provoquer, dans les cas plus sévères, de brusques variations du niveau d’eau des chaudières à vapeur. Il en résulte un fonctionnement erratique et un risque d’arrêts causés par des alarmes de niveau.

 

Quoique souvent relié à des difficultés d’ordre mécanique, l’entraînement dans la vapeur peut aussi être influencé par la qualité de l’eau maintenue. Une conductivité ou alcalinité élevée provoque le moussage et favorise l’entraînement d’eau dans la vapeur.

 

D’autres contaminants peuvent aussi avoir un impact important à cause de leurs propriétés propices à la formation d’écume. Les huiles d’usinage utilisées dans la construction des chaudières à vapeur en sont un bon exemple et doivent être éliminées par un nettoyage pertinent.

Parlez à des passionnés d'eau