Encrassement

On peut facilement confondre l’encrassement et l’entartrage puisque, dans les deux cas, il s’agit d’accumulation de dépôts à l’intérieur de la chaudière. D’ailleurs, l’encrassement se produit très souvent suite à un phénomène d’entartrage. Typiquement, il y aura eu formation de tartre pendant une certaine période, puis, dégradation graduelle du dépôt sous la forme d’écailles par la variation des conditions physiques ou chimiques à la surface des tubes. Ces particules grossières auront tendance à migrer dans la chaudière et à s’accumuler dans les collecteurs horizontaux ou à la base des tubes. Il y aura alors encrassement dans cette zone de la chaudière.

L’encrassement ne se limite pas cependant à la présence d’écailles provenant d’un dépôt calcaire. Dans certaines situations, les débris susceptibles de causer l’encrassement proviendront de l’eau d’alimentation, des retours de condensat ou encore du procédé en contact avec la vapeur produite. Ce type de contamination peut être continu ou accidentel. Il peut donc être difficile de prévoir le phénomène d’encrassement. Il importe donc d’être attentif aux fluctuations des concentrations de dureté, d’oxydes métalliques et de particules en suspension dans l’eau.

L’impact de l’encrassement sur le fonctionnement d’une chaudière à vapeur sera quelque peu différent de celui provoqué par l’entartrage. Puisqu’il s’agit de particules en migration qui s’accumuleront dans des endroits spécifiques, la réaction sera habituellement locale et amplifiée d’autant. Une quantité de débris relativement faible pourra sérieusement entraver la circulation de l’eau et causer une surchauffe locale importante. Les surchauffes menant à la rupture de tubes résultent habituellement d’un phénomène d’encrassement.

Haut