Savoir conjuguer Chimie et Santé / Sécurité au travail - mission impossible ?


17 juillet 2017

Les conditions d’utilisation des produits chimiques dans l’industrie en général ont évoluées avec le temps; pour le mieux, heureusement ! Il n’y a pas si longtemps encore, l’utilisation de produits de traitement d’eau à base d’éléments hautement toxiques tels que l’hydrazine et le chromate était habituelle. La manipulation de matières corrosives, réactives ou explosives s’effectuait sans, ou avec très peu de mesures de protection. L’acide sulfurique concentrée, la soude caustique ou les mélanges de biocides ‘’maison’’ constituent quelques exemples d’ingrédients usuels qui n’attiraient pas l’attention, jusqu’à ce que des catastrophes ne surviennent, mutilant au passage, l’utilisateur malchanceux.

À force d’exercices de formation, d’affichage de multiples avis et de communication des informations au sujet des risques associés à l’utilisation des produits dangereux, on a pu observer un changement graduel des comportements. Bien sûr, des règlementations telles que le SIMDUT, aujourd’hui en transition vers le SGH (Système Général Harmonisé), ont été mises en place pour ‘’motiver’’ d’avantages les intervenants à adopter des mesures appropriées, avec comme résultat final une meilleure protection des gens exposés à ces produits.

Toute cette information étant maintenant disponible et affichée, est-ce que le but est atteint ? Partiellement, bien sûr que oui. Malgré tout, le nombre d’accidents reliés à l’exposition aux produits chimiques demeure significatif. Selon les statistiques rapportés par la CSST pour l’année 2013, un total de 2035 dossiers ont été acceptés pour des accidents causés par ‘’l’exposition à des substances caustiques, nocives ou allergènes.’’ On peut facilement imaginer que le nombre d’incidents de moindre importance et non rapportés dépasse de loin cette statistique. Il faut aussi considérer qu’au-delà des accidents de travail, il y a également les pathologies professionnelles associées à des agents chimiques. Alors ; quoi faire de plus ?

Formation, formation, formation, bien sûr, Mais il y plus encore. Malgré l’application des précautions d’usage appropriées et l’utilisation des équipements de protection individuelle (EPI), l’exposition aux agents chimiques et surtout la manipulation de ceux-ci représentent toujours un certain risque pour la santé et la sécurité des gens. Il y a donc un avantage certain à limiter autant que possible ces interventions, principalement reliées à la manutention, au remplissage à la dilution ou encore à l’application des produits aux réseaux traités.

Les produits de traitement d’eau sont habituellement livrés sous forme liquide dans des contenants de différents formats. L’injection de ces solutions, directement à partir de ces contenants d’origine vers les réseaux à traiter, constitue évidemment la meilleure pratique pour éviter les déversements, les éclaboussures et tout contact accidentel. Les mélanges et dilutions sur site tout comme le transfert dans d’autres réservoirs sont évidemment des manipulations à proscrire. L’équipement d’injection approprié permet d’installer les contenants de produits à proximité et d’y insérer aisément les raccords de succion. Ceci limite forcément les risques d’exposition.

Il peut aussi être avantageux d’utiliser des réservoirs fixes sur le site pour éviter l’accumulation de contenants vides. Il est toutefois préférable dans un tel cas de faire appel au service de livraison spécialisé pour assurer le transfert sécuritaire des solutions chimiques.

Parlez aux experts de Magnus pour connaître les possibilités comment vous pouvez réduire les risques de blessures par les produits chimiques.

 

Haut